Ex-espion russe empoisonné : Theresa May juge "très probable" que la Russie soit "responsable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ex-espion russe empoisonné : Theresa May juge "très probable" que la Russie soit "responsable"
©YURI SENATOROV / KOMMERSANT PHOTO / AFP

Le ton monte

Ex-espion russe empoisonné : Theresa May juge "très probable" que la Russie soit "responsable"

De son côté, Moscou dénonce le "jeu très dangereux" du Royaume-Uni.

Qui a empoisonné l'ancien espion russe Sergueï Skripal ? Pour la Première ministre britannique, Theresa May, il est "très probable" que la Russie en soit "responsable". La dirigeante a fait cette déclaration devant des députés ce lundi soir, alors que l'ambiance entre Londres et Moscou ressemble un peu plus chaque jour à un renouveau de guerre froide.   

Les faits : Sergueï Skripal - un ex-espion russe qui travaillait pour le Royaume-Uni - et sa fille Ioulia sont à l’hôpital dans un état critique depuis le 4 mars, après avoir été retrouvés inconscients sur un banc devant un centre commercial de Salisbury, à 140 km au sud-ouest de Londres. Theresa May a précisé que le produit innervant utilisé contre les deux victimes est une substance "de qualité militaire" développée par la Russie. La Première ministre britannique a donné jusqu'à mardi soir au Kremlin pour fournir des explications à l'Organisation pour la prohibition des armes chimique.

Interrogé un peu plus tôt sur la BBC concernant une éventuelle responsabilité de Moscou, le président russe Vladimir Poutine a rétorqué : "Tirez les choses au clair de votre côté et après nous en parlerons avec vous". Quant à l'ambassade de Russie à Londres, elle a accusé le gouvernement anglais de jouer à un "jeu très dangereux avec l'opinion publique britannique".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !