Terrorisme : Twitter a supprimé 235 000 comptes en six mois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Terrorisme : Twitter a supprimé 235 000 comptes en six mois
©Twitter

Nettoyage numérique

Terrorisme : Twitter a supprimé 235 000 comptes en six mois

En tout, le réseau social a suspendu 360 000 comptes à contenu terroriste depuis mi-2015.

Le jeudi 18 août, Twitter a annoncé avoir supprimé, sur les six derniers mois, 235 000 comptes faisant la promotion du terrorisme. Au total, depuis mi-2015, le réseau social a suspendu 360 000 comptes. Ce "nettoyage numérique" intervient dans le cadre de sa lutte antiterroriste.

Les règles d'utilisation du réseau social américain interdisent les menaces violentes et la promotion du terrorisme. En février, Twitter avait affiché sa volonté d'intensifier ses efforts pour les appliquer, montrant ainsi qu'il ne restait pas inactif face aux appels gouvernementaux à freiner la propagande djihadiste sur Internet.

Le travail continue

"Les suspensions quotidiennes sont en hausse de 80 %, comparé à l'an dernier, avec des pics de suspensions suivant immédiatement les attaques terroristes" qui se sont multipliées ces derniers mois, souligne Twitter dans le message publié jeudi sur son blog officiel.

Tout en reconnaissant que le travail n'est "pas fini", le réseau social affirme : "Nos efforts continuent d'avoir des résultats importants, y compris un déplacement important de ce type d'activité en dehors de Twitter".

Il avoue également avoir amélioré le temps nécessaire pour suspendre les comptes qui lui sont signalés et la durée pendant laquelle ils restent actifs sur son réseau. Ces actions réduisent énormément le nombre d'abonnés que les comptes peuvent accumuler et empêche de recréer immédiatement un compte sur sa plateforme.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !