Terrorisme : Nicolas Sarkozy veut une "guerre" "impitoyable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Terrorisme : Nicolas Sarkozy veut une "guerre" "impitoyable"
©CGPME

Déclarations

Terrorisme : Nicolas Sarkozy veut une "guerre" "impitoyable"

Le chef de l'opposition s'est exprimé dans une interview donnée à Valeurs actuelles.

"En vingt mois, il y a eu 237 français assassinés. Ils le sont parce que les barbares qui nous attaquent croient que nous sommes faibles. Voilà la vérité. Et donc ils se déchaînent. Cette situation est insupportable." Nicolas Sarkozy, ancien chef de l'État, président des Républicains et candidat quasi-officiel à la présidence de la République, donne un ton martial dans une interview consacrée au terrorisme à Valeurs actuelles.

"La guerre nous a été déclarée. La guerre. La France doit être impitoyable, elle doit faire changer la peur de côté. Elle ne doit pas se perdre dans des débats abscons. L'État de droit, par exemple, n'a rien à voir avec les tables de la Loi de Moïse, gravées sur le mont Sinaï. Qu'y a-t-il de plus évolutif que le droit ?", lance-t-il. "La guerre devra être menée par la République, partout, tout le temps, avec une détermination totale. […] Il y a une guerre extérieure et une guerre intérieure. Pour gagner la guerre extérieure, il faudra se réconcilier avec les russes, et convaincre nos partenaires arabes d'envoyer des troupes au sol, car une guerre ne se gagne pas seulement à 10 000 mètres d'altitude. Sur le front intérieur, enfin, il faut une reprise en main. Il doit y avoir une réponse politique qui dépasse l'indispensable riposte pénale et les mesures de sécurité à mettre en place."

Une volonté farouche affichée par le chef de l'État, donc, qui assume le fait de vouloir remettre en cause certains principes fondamentaux du droit au service de la lutte contre le terrorisme. Il résume son approche d'une phrase simple : "la République ne reculera plus sur rien."

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !