Terrorisme : les "gros" candidats visés ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Terrorisme : les "gros" candidats visés ?
©Reuters

Sur les dents

Terrorisme : les "gros" candidats visés ?

Des dizaines de milliers de policiers, gendarmes et militaires seront mobilisés pour protéger le scrutin alors que la DGSI alerte sur les risques que représentent les meetings.

C'est une opération sensible. La dernière de François Hollande comme président de la République. Après plusieurs attentats en France, le risque qui pèse sur le prochain scrutin n'est pas pris à la légère. Le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl a présenté, dans le JDD, le plan de sécurité qui sera mis en œuvre. "Aucune menace n’est écartée. Notre objectif est de permettre au suffrage universel de s’exprimer librement et sereinement" explique-t-il. Plus de 50 000 policiers et gendarmes, aidés par les militaires de l'opération Sentinelle, seront mobilisés pour sécuriser les 67 000 lieux de vote, a-t-il annoncé.

Le ministre a rappelé que la menace terroriste était "permanente et de haut niveau, comme en atteste la multiplication des actes à Londres, Stockholm et ailleurs", précisant que "19 interpellations antiterroristes" ont eu lieu en mars en France. Il a aussi mis en garde contre des "débordements venant d'extrémistes de tous bords."

Il faut dire que, selon une note de la DGSI obtenue par le JDD, il existerait une menace "sérieuse et imminente", notamment contre les "gros" candidats comme François Fillon et Emmanuel Macron. Une enquête préliminaire a d'ailleurs été ouverte par le parquet de Paris.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !