Tentative de coup d'Etat en Guinée-Bissau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tentative de coup d'Etat en 
Guinée-Bissau
©

Post Mali

Tentative de coup d'Etat en Guinée-Bissau

Des militaires ont attaqué la résidence du Premier ministre sortant Carlos Gomes Junior, candidat à la présidentielle.

Une tentative de coup d'Etat a touché la Guinée-Bissau, ex-colonie portugaise en Afrique. Des militaires ont attaqué la résidence du Premier ministre sortant Carlos Gomes Junior, candidat à la présidentielle du 29 avril, et pris le contrôle de la radio nationale dans la capitale. Un policier présent dans la résidence témoigne : "On a été assaillis par des roquettes RPG, on a été obligés de battre en retraite".

"Nous recherchons activement Carlos Gomes Junior. Quel que soit l'endroit où il peut se cacher, nous le débusquerons avant l'aube", a déclaré un putschiste à l'AFP. Le chef du gouvernement, leader du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert était sur place avant les tirs. Personne ne connait à l'heure actuelle sa localisation précise.

Des militaires se sont déployés sur les principales artères de Bissau. Ce jeudi soir, une dizaine d'entre eux avaient pris le contrôle de la radio nationale. La ville est également  plongée dans l'obscurité après une coupure générale de courant. 

Plus tôt dans la semaine, l'opposition menée par Kumba Yala, qui doit affronter le 29 avril Carlos Gomes Junior, avait appelé au boycott du scrutin, et mis fermement en garde tous ceux qui continueraient à faire campagne.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a condamné "formellement et rigoureusement" cette tentative de coup d'Etat et promis la "fermeté" . 

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !