Tempêtes : plus de 21 000 oiseaux morts, une "hécatombe" sans précédent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une hécatombe d'oiseaux morts a eu lieu pendant les tempêtes
Une hécatombe d'oiseaux morts a eu lieu pendant les tempêtes
©

Fermez la cage aux oiseaux

Tempêtes : plus de 21 000 oiseaux morts, une "hécatombe" sans précédent

Le bilan pourrait encore s’alourdir dans les prochains jours d’après la Ligue de protection des oiseaux.

C’est une "hécatombe" historique. Les tempêtes successives qui se sont emparées des littoraux français ont fait bon nombre de victimes chez les animaux. Au 24 février, on comptabilisait 21 341 oiseaux morts du Pays basque au Finistère sud. D’après la Ligue de protection des oiseaux, ou LPO, ils auraient été affaiblis par les vents. Par ailleurs, 2 784 oiseaux ont été acheminés dans les centres de sauvegarde. Les espèces les plus touchées sont le macareux moine et le guillemot de Troïl ainsi que le pingouin Torda.

"De nombreux oiseaux flottants, majoritairement morts, au large des côtes ont été signalés par les marins-pêcheurs. Autant dire que le bilan, encore provisoire, risque de s'alourdir dans les prochains jours", a écrit la LPO.

Ces oiseaux ont essentiellement souffert d'un "manque de nourriture", d’après le responsable de programmes pour la Ligue de protection des oiseaux Nicolas Gendre. "On pense que les tempêtes ont déplacé les oiseaux sur des zones moins riches en nourriture. Par ailleurs, les oiseaux doivent se maintenir sur l'eau et, quand il y a une forte houle, ils dépensent plus d'énergie pour pouvoir survivre, se nourrir", a-t-il ajouté. En outre, "jusqu’en 1900, on n’a aucune trace d’un échouage aussi massif. Après les tempêtes, on trouve toujours quelques cadavres d’oiseaux. Mais en Charente-Maritime, c’est 4, 10. C’est des cacahuètes", a regretté Nicolas Gendre. Le phénomène est pris très au sérieux par les autorités.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !