Tchernobyl : Jean-Marie Le Pen raconte avoir été irradié alors qu'il prenait "un bain de soleil dans le plus simple appareil" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"J'ai été irradié le dimanche de l'explosion de Tchernobyl", assure Jean-Marie Le Pen.
"J'ai été irradié le dimanche de l'explosion de Tchernobyl", assure Jean-Marie Le Pen.
©Reuters

Confessions

Tchernobyl : Jean-Marie Le Pen raconte avoir été irradié alors qu'il prenait "un bain de soleil dans le plus simple appareil"

"Le nucléaire comporte un risque très grand et doit être surveillé sans relâche, car le moindre accident peut avoir des conséquences dramatiques sur des dizaines de siècles", s'inquiète le cofondateur du FN.

Dans le dernier numéro de son journal de bord, Jean-Marie Le Pen assure avoir été "irradié" par le nuage de Tchernobyl alors qu'il prenait "un bain de soleil dans le plus simple appareil", à Cannes en 1986. "Je vous signale que c'est à un irradié de Tchernobyl que vous parlez", confie le cofondateur du FN, interrogé sur le triste anniversaire de l'accident nucléaire survenu en 1986. 

"Ayant consulté parce que j'avais une hyperthyroïdie, le médecin m'a demandé : Mais vous n'avez pas été irradié ? Et en effet j'ai été irradié le dimanche de l'explosion de Tchernobyl", se souvient-il, avant de détailler les circonstances de cette "exposition". 

"J'étais chez Jany (sa seconde épouse) à Cannes. Je prenais un bain de soleil dans le plus simple appareil. Bien que le ciel n'était pas très lumineux, je lui ai dit : C'est curieux comme le ciel est chaud aujourd'hui. Jany m'a dit : Bah, écoute, tu n'as qu'à rentrer. Eh bien, c'était le nuage de Tchernobyl". 

"J'ai donc été un des irradiés. Avec une conséquence limitée, Dieu merci, mais tout de même importante de la thyroïde (…) Le nucléaire comporte un risque très grand et doit être surveillé sans relâche, car le moindre accident peut avoir des conséquences dramatiques sur des dizaines de siècles", conclut-il. 

>>>> À lire aussi : Tchernobyl, 30 ans après : ce qu’on sait vraiment des conséquences de la catastrophe nucléaire sur la santé des Français (et ce qu’on ne saura sans doute jamais)

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !