Taxis clandestins : la traque s'accentue à Roissy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le 16 juin, un nouvel incident avec un supposé faux taxi a eu lieu à Roissy
Le 16 juin, un nouvel incident avec un supposé faux taxi a eu lieu à Roissy
©Reuters

Redoubler de vigilance

Taxis clandestins : la traque s'accentue à Roissy

D'après le journal "Le Parisien", la police des taxis a relevé 183 délits dont 144 pour travail illégal près de l'aéroport, et ce en seulement 5 mois.

Pour lutter contre l'activité des taxis clandestins qui connaît une explosion depuis quelques mois à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, la police de taxis (communément appelée les Boers) a décidé d'accentuer sa chasse, non sans risques. Les usurpateurs ne reculent devant rien pour échapper aux forces de l'ordre, comme en témoigne cet incident récent relaté par le journal "Le Parisien".

Le 16 juin au soir, près du Terminal 2 de l'aéroport, la police des taxis repère un individu au comportement suspect, déjà connu des services de police. Ce dernier est aperçu en train d'aborder plusieurs passagers arrivés à l'aéroport, leur lançant "Taxi ! Taxi !" Après plusieurs échecs, un voyageur décide finalement de suivre le chauffeur clandestin jusqu'au parking. Une fois le chauffeur entré dans son véhicule, les policiers tentent de l'interpeller, en vain. Celui-ci prend immédiatement la fuite, allant même jusqu'à foncer sciemment dans la barrière de sortie du parking, sans que les "Boers" puissent le rattraper.

Malgré une perquisition à son domicile du XIXe arrondissement de Paris, le chauffard restera introuvable plus de 48 heures, avant de de se présenter lui-même à la police quelques jours plus tard. Interrogé par les enquêteurs, ce dernier a nié toute activité clandestine liée aux transports de passagers, affirmant même qu'il se trouvait à Roissy pour "récupérer un ami", avant d'avoir eu "peur" des policiers. Dans l'attente de son jugement, l'homme a été placé en détention provisoire. Deux jours plus tard, un autre chauffeur clandestin de 34 ans avait été condamné à 6 mois de prison fermes par le tribunal correctionnel de Bobigny. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !