Syrie : Washington et Moscou annoncent un cessez-le-feu le 27 février | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Malgré cet accord, la trêve dans les combats qui sévissent en Syrie depuis 5 ans ne concernera ni l'Etat islamique, ni le Front Al-Nosra.
Malgré cet accord, la trêve dans les combats qui sévissent en Syrie depuis 5 ans ne concernera ni l'Etat islamique, ni le Front Al-Nosra.
©REUTERS/Brendan Smialowski/pool

Conflit

Syrie : Washington et Moscou annoncent un cessez-le-feu le 27 février

"La cessation des hostilités s'appliquera aux parties prenantes au conflit syrien qui ont indiqué qu'elles respecteront et appliqueront les termes" précisent la Russie et les Etats-Unis dans un communiqué.

Selon un communiqué rédigé conjointement par les Etats-Unis et la Russie, et diffusé ce lundi par le Département d'Etat à Washington, un accord de cessez-le-feu entrera en vigueur en Syrie le 27 février à minuit. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU, a qualifié cet accord de cessez-le-feu de "signe d'espoir pour la population syrienne", et a appelé "les parties à le respecter".

Malgré cet accord, la trêve dans les combats qui sévissent en Syrie depuis 5 ans ne concernera ni l'Etat islamique, ni le Front Al-Nosra, explique ce communiqué commun. "La cessation des hostilités s'appliquera aux parties prenantes au conflit syrien qui ont indiqué qu'elles respecteront et appliqueront les termes", précisent la Russie et les Etats-Unis. Les parties mentionnées pourront communiquer leur adhésion ou leur refus jusqu'au 26 février à midi. 

Le président Obama s'est par ailleurs entretenu avec Vladimir Poutine ce lundi pour évoquer cet accord, a également déclaré la Maison Blanche. Pendant cet entretien décidé à la demande de Moscou, Barack Obama a souligné l'importance du respect de l'accord par toutes les parties, afin de "soulager les souffrances du peuple syrien" et de "se concentrer" sur la lutte contre l'Etat islamique. "La priorité désormais est de garantir des réponses positives de la part du régime syrien et de l'opposition armée, ainsi qu'une mise en œuvre fidèle par toutes les parties", a insisté Barack Obama. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !