Syrie : un Français parti faire le djihad se fait tuer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un djihadiste en Syrie.
Un djihadiste en Syrie.
©Caputre d'écran / l'Express

Terrorisme

Syrie : un Français parti faire le djihad se fait tuer

Le frère aîné du jeune homme se trouve également en Syrie.

Ces derniers mois, les exemples de Français partant faire le djihad se multiplient – parfois avec des conséquences tragiques. Ce mardi, la section anti-terroriste du parquet de Paris ouvrait une enquête préliminaire après le départ des onze membres d'une même famille soupçonnés d'être partis faire le djihad en Syrie. En septembre, un couple du Loiret, avec leurs trois enfants, quittait la France pour rejoindre les troupes de l'Etat islamique. Cet été, encore une autre famille était arrêtée in extremis avant d'embarquer sur un vol pour la Syrie...

Gilles, un jeune homme de 33 ans, surnommé "bilal" sur les réseaux sociaux, a été tué en Syrie le 4 septembre dernier. C'est son frère aîné Emmanuel, âgé de 37 ans, également en Syrie qui a appris la nouvelle à la famille. Originaires de Charente, les deux hommes sont partis en mai dernier pour faire le djihad. "Bilal est tombé samedi. Qu'Allah accepte ses œuvres", a écrit à son père Emmanuel sur Facebook. Pour le moment, aucune source officielle n'a confirmé la nouvelle.

Converti à l'islam depuis ses 16 ans, Gilles, le plus jeune, a été élevé en région parisienne. Il est décrit comme "fragile" par sa tante. "Il a fait des séjours en hôpital psychiatrique, a souffert de schizophrénie", témoigne la tante du jeune homme au quotidien Sud Ouest. Le frère aîné lui s'est converti il y a seulement deux ans et demi. Un endoctrinement réalisé via internet, selon la famille. Emmanuel a laissé en France une femme et deux enfants, nés d'unions différentes. "Il nous a dit qu'il est 'à l'arrière', pour s'occuper de la famille. Mais qu'il allait repartir au combat d'ici un ou deux jours, c'est-à-dire maintenant. On attend la deuxième mauvaise nouvelle…", ajoute la tante.

Lu sur Sud Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !