Syrie : le Royaume-Uni a mené ses premières frappes aériennes sur l'Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : le Royaume-Uni a mené ses premières frappes aériennes sur l'Etat islamique
©

C'est parti

Syrie : le Royaume-Uni a mené ses premières frappes aériennes sur l'Etat islamique

Cette décision d'étendre les frappes aériennes déjà menées sur le groupe terroriste en Irak, a été approuvée au Parlement par 397 voix contre 223.

Le Royaume-Uni a conduit ses premières frappes aériennes contre l'Etat islamique en Syrie, très tôt ce jeudi matin, a annoncé le ministère de la Défense britannique. Des Tornado de la Royal Air Force ont "effectué la première opération offensive au-dessus de la Syrie lors de laquelle ils ont conduit des frappes" et sont entrés en action quelques heures seulement après le vote des parlementaires, a précisé un porte-parole. Cette décision d'étendre les frappes aériennes déjà menées sur le groupe terroriste en Irak, a été approuvée par 397 voix contre 223 et fait suite à la rencontre de François Hollande et David Cameron le 23 novembre dernier. A la suite des attentats de Paris en effet, le chef de l'Etat avait sollicité les plus grands leaders du monde afin de renforcer la coalition internationale menée contre l'Etat islamique."Nous répondons à l'appel de nos alliés. Nous travaillons avec eux parce que le groupe Etat islamique est une menace pour notre pays, c'est la bonne décision à prendre", a déclaré le Premier ministre britannique.

Les frappes aériennes britanniques sont d'autant plus importantes dans cette guerre, que le Royaume-Uni possède des avions capables de lâcher des missiles Brimstone guidés par laser. Une arme de guerre qu’aucun autre pays ne possède. Néanmois, les experts continuent d'affirmer que les frappes aériennes menées par la coalition ne seront jamais suffisantes pour détruire l'organisation terroriste et recommandent l'intervention de troupes au sol. Barack Obama a salué l'initiative des Britanniques et s'est félicité que les Allemands acceptent également d'intensifier leur participation. "J'applaudis les décisions prises par le Royaume-Uni et l'Allemagne qui démontrent notre unité et notre détermination". De nombreux militants anti-frappes en Syrie ont cependant manifesté le 2 décembre dernier lors du vote au Parlement. Selon un dernier sondage, seuls 48% des Britanniques se diraient favorables à cette opération, contre 59%.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !