Syrie : la CIA met un terme à son programme de soutien aux rebelles anti-Assad | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : la CIA met un terme à son programme de soutien aux rebelles anti-Assad
©Mike Holmes

Changement de stratégie

Syrie : la CIA met un terme à son programme de soutien aux rebelles anti-Assad

Initié il y a quatre ans, ce programme n'a eu qu'un impact très limité.

L'agence de renseignement extérieur américaine CIA a mis un terme à son programme de soutien aux rebelles syriens qui combattent le régime de Bachar al-Assad, a annoncé vendredi le patron des forces spéciales, le général Tony Thomas, suite à une décision du président Donald Trump.

"On soutient des rebelles en Syrie et on n’a aucune idée de qui ils sont", avait-il déclaré en novembre 2016. Il avait alors annoncé que sa stratégie en Syrie viserait à lutter en priorité contre l'Etat islamique, et non à financer le combat contre le régime de Bachar Al-Assad.  Il est "idiot" de vouloir lutter à la fois contre Bachar Al-Assad et contre l’EI, jugeait-il. 

Cette fin du programme de soutien aux groupes qui combattent le président syrien avait été annoncée mercredi par le Washington Post et le New York Times. "Nous saluons tous les efforts visant à une désescalade de la situation et au renforcement de la sécurité au Moyen-Orient", a réagi le ministère russe des affaires étrangères russe, jeudi, dans ce qui s’apparente à un tournant majeur en Syrie et à une victoire russe.

Décidé par l’ancien président américain Barack Obama en 2012 et lancé en 2013, ce programme permettait à la CIA d'entraîner des combattants et de fournir des armes à plusieurs dizaines de factions rebelles. Son ampleur – un budget de près de 1 milliard de dollars, soit 857 millions d’euros – n’a été connue qu’en 2015, après la publication des documents d’Edward Snowden, l’ancien consultant de l’Agence nationale de sécurité (NSA).

Ce programme a été critiqué pour son inefficacité, les groupes rebelles peinant à faire la différence sur le terrain, en particulier suite à la perte de la ville d’Alep en décembre 2016 et à la montée en puissance des groupes djihadistes. En outre, il est arrivé que les rebelles armés par la CIA combattent d’autres groupes, arabes et kurdes, soutenus par le Pentagone (le ministère américain de la défense) dans le cadre de la lutte contre l’EI.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !