Syrie : "L'Europe doit arrêter de soutenir les terroristes" fustige Bachar al-Assad | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : "L'Europe doit arrêter de soutenir les terroristes" fustige Bachar al-Assad
©Reuters

Il l'a dit

Syrie : "L'Europe doit arrêter de soutenir les terroristes" fustige Bachar al-Assad

Le président syrien a également affirmé que "les terroristes sont des extrémistes produits par l'Occident".

Bachar al-Assad en mode combat. Le président syrien a chargé l'Occident lors d'un long entretien accordé à plusieurs médias russes, ce mercredi.

Selon lui, ce sont les Etats-Unis et leurs alliés qui créent le terrorisme. "Les terroristes sont des extrémistes produits par l'Occident", affirme-t-il.

"La propagande occidentale, depuis le tout début du conflit, affirme que le président est la cause de tous les problèmes", souligne-t-il. "Tant que je serai à la tête du pays, ils continueront à soutenir le terrorisme parce que leur objectif principal en Syrie et dans d'autres pays est de changer les présidents, les États ou, comme ils disent, abattre les régimes."

Le président syrien a également donné son avis sur la question des migrants, très médiatisée ces dernières semaines en Europe." La question n'est pas de savoir si l'Europe accepte ou non les réfugiés. Il faut absolument résoudre ce problème à la source. Si l'Europe se soucie réellement du sort des réfugiés, alors qu'elle arrête de soutenir les terroristes". 

Il a également rappelé qu'il ne partirait que si "son peuple lui demande. " Le président arrive au pouvoir par la volonté du peuple lors d'élections, et s'il part, il part parce que le peuple le demande, pas par la volonté des Etats-Unis, du Conseil de sécurité de l'ONU, de la Conférence de Genève ou du Communiqué de Genève."

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !