Syrie : l'Etat islamique aurait détruit partiellement le plus beau temple de Palmyre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Dimanche 30 août, les membres de l'Etat islamique ont disposé des explosifs à l'intérieur du temple classé au patrimoine mondial de l'humanité.
Dimanche 30 août, les membres de l'Etat islamique ont disposé des explosifs à l'intérieur du temple classé au patrimoine mondial de l'humanité.
©

Saccage

Syrie : l'Etat islamique aurait détruit partiellement le plus beau temple de Palmyre

Aux mains de l'Etat islamique depuis le mois de mai 2015, le site de Palmyre (dans la province de Homs) a déjà subi plusieurs destructions de sites archéologiques.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les combattants du groupe Etat islamique ont fait partiellement exploser le temple de Bêl, considéré comme le plus majestueux de la cité antique de Palmyre, en Syrie. Lundi 23 août, les djihadistes avaient déjà détruit de Baalshamin. Dimanche 30 août, les membres de l'Etat islamique ont disposé des charges explosives à l'intérieur du temple qui, comme toute la cité antique de Palmyre, fait partie du patrimoine mondial de l'humanité. 

Malgré ces informations, le directeur général des Antiquités et des musées de Syrie, Maamoun Abdelkarim, dit ne pas encore être en mesure de confirmer cette destruction par l'Etat islamique : "Des rumeurs sur ces ruines circulent toujours et il faut faire attention avec ce genre d'informations" explique-t-il avec prudence. 

Aux mains de l'Etat islamique depuis le mois de mai 2015, le site de Palmyre (dans la province de Homs) a déjà subi plusieurs destructions de ses sites archéologiques. Plus de 200 personnes ont également été exécutées dans et aux alentours de la cité antique par les combattants de l'Etat islamique, qui ont récemment décapité Khaled al-Assad, ancien directeur des Antiquités de la ville, âgé de 82 ans. 

 
Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !