Syrie : après la prise de Minebj, des centaines d'otages de l'EI libérés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : après la prise de Minebj, des centaines d'otages de l'EI libérés
©Reuters

Guerre en Syrie

Syrie : après la prise de Minebj, des centaines d'otages de l'EI libérés

Pendant la bataille pour ce fief, l'État islamique avait pris "2 000" civils en otage.

Des centaines d'habitants de la ville de Minebj qui avaient été pris en otage par l'État islamique ont été libérés, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays, citant une source des Forces démocratiques syriennes, dont les forces ont pris la ville à l'EI. "Une partie des civils a pu s'échapper sur la route [...], d'autres ont été relâchés", a dit la source sans plus de précision, notamment sans préciser si tous les otages avaient été relâchés. 

Cette cité de la province d'Alep, où se concentrent beaucoup de combats autour de cette ville-clé, était un fief de l'EI. Cette ville était un carrefour d'approvisionnement depuis la frontière Turque vers sa capiale de Raqa. Elle a été reprise par une alliance anti-EI constituée de combattants arabes et kurdes regroupés au sein des Forces démocratiques syriennes, un groupe rebelle, avec l'appui de la coalition internationale et de branches de l'Armée syrienne libre, groupe rebelle opposé au gouvernement Assad. 

En battant en retraite, les troupes de l'État islamique ont enlevé environ 2 000 civils dont des femmes et des enfants pour les utiliser comme boucliers humains. La prise de Minbej est considérée comme une victoire importante pour les forces anti-EI. 

A LIRE AUSSI : Syrie : pourquoi la bataille d'Alep est absolument déterminante

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !