Suisse : les électeurs disent "non" à une nouvelle limitation de l'immigration | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Suisse : les électeurs disent "non" à une nouvelle limitation de l'immigration
©Reuters

Non !

Suisse : les électeurs disent "non" à une nouvelle limitation de l'immigration

74% des Suisses ont rejeté cette proposition qui aurait drastiquement limité les entrées des immigrés sur le territoire helvète.

La proposition était radicale : limiter le solde migratoire annuel du pays à 0,2 % de la population soit environ 16.000 personnes contre 80.000 actuellement. Appelés pour "une votation," c'est-à-dire un référendum, les Suisses l'ont rejetée à 74% des voix.

La proposition avait été déposée par l'association Ecopop, qui se dit non-partisane. Son argument ? L’augmentation de la population a un impact négatif sur l’environnement, du fait notamment du besoin accru en logements, en énergie et à l'augmentation du trafic routier. Le texte avait déjà été rejeté par l'ensemble de la classe politique, même par la droite populiste qui considérait la proposition "excessive." En effet, certains secteurs de l'économie, comme celui de la santé, reposent en partie sur les travailleurs étrangers.

C'était le deuxième vote des Helvètes sur le sujet sensible de l'immigration. En février dernier, ils avaient approuvé un premier texte limitant l'entrée des étrangers sur le territoire.

Par ailleurs, les Suisses ont rejeté les deux autres textes proposés. Le premier concernait la suppression des forfaits fiscaux, qui concernent 5 729 millionnaires étrangers et qui préfèrent payer un total d'un milliard de francs suisses (830 millions d’euros) d'impôts négociés en Suisse plutôt que les taxes dans leur pays.

Le second visait à contraindre la Banque nationale à conserver un minimum de 20% de ses avoirs sous forme d'or, alors que son stock correspond aujourd'hui à 7% de ses avoirs.


 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !