Stéphane Le Foll tance la désunion de la gauche qui est "dans une forme d'irresponsabilité"<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Stéphane Le Foll tance la désunion de la gauche qui est "dans une forme d'irresponsabilité"
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

Auto-critique

Par ailleurs, sur BFMTV/RMC ce jeudi matin, il a repoussé l'idée du vote obligatoire lancée par François de Rugy.

Stéphane Le Foll est sur la même ligne que Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis. A dix jours des élections départementales des 22 et 29 mars, l'objectif des socialistes est le rassemblement. Une mission assez difficile tant les élus s'attaquent les uns les autres. D'ailleurs, même s'il souhaite cette "union sacrée" à l'approche du scrutin, le porte-parole du gouvernement a tancé certains représentants de gauche qui ne plaident pas assez l'union selon lui.

Sur BFMTV/RMC ce jeudi matin, il a estimé que la gauche était "dans une forme d'irresponsabilité" en raison de sa désunion. Par ailleurs, il a repoussé l'idée du vote obligatoire lancée par François de Rugy. "Je me dis qu'à dix jours du premier tour des départementales le 22 mars, la première des choses eut été pour la gauche d'être en capacité de se rassembler" a-t-il expliqué. Puis il a ironisé sur "cette manière de rendre obligatoire le vote pour les électeurs alors qu'on n'est pas capable nous, et je pense en particulier aux Verts, de rendre obligatoire l'idée toute simple, quand il y a une menace, et celle du Front national existe, de commencer par se rassembler"

Pour Stéphane Le Foll, la gauche "est dans cet espèce de cacophonie et une forme d'irresponsabilité par rapport au contexte politique", à cause de "ceux qui considèrent aujourd'hui que la bataille consiste à savoir si on est plus à gauche que le gouvernement, et que c'est le critère sur lequel on s'engage, et qu'il faut se compter pour bien voir qui est le plus à gauche, alors que la bataille politique aujourd'hui est de savoir si la République et les valeurs de la gauche sont défendues aujourd'hui, et par qui". Le message est passé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !