Soupçons d'emplois fictifs: François Fillon a été interrogé par le juge | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Soupçons d'emplois fictifs: François Fillon a été interrogé par le juge
©ERIC FEFERBERG / AFP

Enquête

Soupçons d'emplois fictifs: François Fillon a été interrogé par le juge

L’audition a duré une journée et demi, selon le JDD.

François Fillon a été entendu fin juillet par le juge en charge de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de sa femme et de ses enfants, révèle ce dimanche le JDD. Une "longue audition" qui est "passée inaperçue" note le journal, bien qu'elle ait duré un jour et demi. Mis en examen en mars, François Fillon, entendu fin janvier par les policiers au début de l'enquête préliminaire, n'avait jamais été interrogé sur le fond par le juge d'instruction financier Serge Tournaire. Il s'est donc expliqué "pour la première fois" devant les juges lors d'un interrogatoire qui a duré "un peu plus d'une journée".

L’ancien Premier ministre s’est défendu d’avoir employé à ne rien faire son épouse Penelope comme assistante parlementaire. Devant les juges, il "a défendu la réalité de ses prestations, tout comme il a détaillé les travaux de ses deux enfants auprès de lui quand il était sénateur". Le journal note un motif de satisfaction du camp Fillon : les deux enfants, "convoqués par les magistrats début juillet, ont bénéficié à l’issue de leur audition du statut de témoin assisté, signe que les charges ne sont suffisantes les concernant pour un éventuel renvoi en correctionnelle".

Dans ce dossier, les enquêteurs s'intéressent également aux activités de la société de François Fillon 2F Conseil qu'il avait créée en 2012 peu avant de redevenir député. "Les enquêteurs ont conduit cet été une discrète perquisition chez AXA, l’assureur dirigé jusqu’en 2016  par Henri de Castries, un proche de l’ancien premier ministre", indique le JDD. "Un rapport signé par Fillon aurait été remis aux policiers pour attester la réalité de ses prestations" de conseil : Henri de Castries, entre 2012 et 2014, avait confié une mission de conseil à François Fillon sur la nouvelle réglementation des assureurs en Europe et avait versé 200 000 euros d’honoraires à sa société.

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !