Aux législatives, 33% pour le PS, 32% pour l'UMP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Aux législatives, 33% pour
le PS, 32% pour l'UMP
©

Sondage BVA

Aux législatives, 33% pour le PS, 32% pour l'UMP

La gauche est toujours favorite pour les législatives même s'il n'y a "pas de vague rose à l'horizon".

La gauche est toujours en pole position dans les intentions de vote pour le premier tour des élections législatives, selon un sondage BVA, publié ce vendredi. Mais il ne devrait pas y avoir de vague rose pour autant. 

En cas de premier tour des élections législatives dimanche prochain, 33% des personnes interrogées voteraient pour le PS et le PRG, selon ce sondage réalisé pour Orange, la presse régionale et RTL, en hausse de 3 points par rapport au 11 mai (30%).

L'UMP recueillerait 32% des suffrages (contre 32,5%). Le Front national est inchangé à 16%. Le Front de gauche cède 1,5 point à 9%. Le Modem, 4,5%, et EELV, 4%, fléchissent chacun de 0,5 points. Debout la République est à 0,5% contre 1%, le NPA à 0,5% (inchangé), et Lutte ouvrière à 0,5% (+0,5%). 2% des personnes interrogées n'expriment pas d'intention de vote.

La gauche totalise 47% des intentions de vote, contre 32,5% pour la droite parlementaire.

La situation s'annonce "assez proche de celle de 1997", écrit Gaël Sliman, de BVA. Il rappelle qu'à l'époque, "la gauche plurielle avait eu une majorité honnête sans être écrasante, avec un PS qui dût composer avec ses alliés pour gouverner". La situation de 2012 est "un peu plus favorable" au PS avec un total droite plus faible qu'en 1997 (48,5% contre 52%) et "une droite parlementaire un peu moins forte et un FN légèrement supérieur", estime-t-il. "Inversement, le score du PS au sein du total gauche est nettement supérieur à ce qu'il était il y a quinze ans" (23,5%). Toutefois "ce niveau ne garantirait nullement au PS une majorité à lui seul à l'Assemblée", prévient-il.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !