Soldat tué à Londres : les services de renseignements britanniques surveillaient l'un des deux meurtriers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le MI5 connaissait le meurtrier
Le MI5 connaissait le meurtrier
©REUTERS/Luke MacGregor

A qui la faute ?

Soldat tué à Londres : les services de renseignements britanniques surveillaient l'un des deux meurtriers

Michael Abedolajo (28 ans) était connu du MI5 pour avoir été membre d'un groupe terroriste mais les services britanniques ne le pensaient pas capable de passer à l'acte.

A l'instar des services de renseignements français pour l'affaire Mohamed Merah, le MI5 risque de devoir payer les pots cassés du meurtre du soldat à Londres. Et pour cause, les services britanniques surveillaient Michael Abedolajo, l'un des deux meurtriers, depuis plusieurs années du fait de ses activités menaçantes. Âgé de 28 ans, il serait né de parents nigérians chrétiens. Si son adolescence aurait été "normale" d'après ses proches, il tombait peu à peu dans des délits tels que le trafic de drogue. Mais il est dans les petits papiers des services de renseignements britanniques depuis 2005, date à laquelle il se convertit à l'islam par le biais d'Omar Bakri, l'un des leaders islamistes de Londres.

D'après le Daily Mail, Michael Abedolajo a alors décidé de se faire appeler Mujaahid puis a participé à des manifestations organisées par des groupes extrémistes, comme le montre cette vidéo

.

Michael Abedolajo va jusqu'à tenter de rallier la Somalie pour rejoindre les djihadistes Shebab mais aurait été arrêté juste avant. Finalement, le MI5 a jugé peu probable que cet homme soit capable d'actes terroristes. Mal leur en a pris… En compagnie du second suspect Michael Adebowale (22 ans), il a assassiné un soldat en plein Londres.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !