SNCF : un cadre supérieur payé à ne rien faire depuis 12 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
SNCF : un cadre supérieur payé à ne rien faire depuis 12 ans
©Reuters

Placard doré

SNCF : un cadre supérieur payé à ne rien faire depuis 12 ans

Depuis 2003, ce salarié attend une affectation et n'a pas été astreint au bureau.

5 496,69 euros brut à ne rien faire. C'est une historie assez invraisemblable que Le Point relate ce jeudi. Charles Simon, un cadre supérieur de la SNCF, touche son plein salaire alors qu'il n'occupe aucun poste. En effet, il attend depuis douze ans une affectation, et n'a pas été astreint au bureau. 

Ce salarié touche donc toujours son revenu à taux plein, à laquelle s'ajoutent une indemnité de résidence, une prime de gestion, et une carte pour voyager en train gratuitement. L'honne, âgé de 55 ans, est donc "placardisé". Un placard doré, certes mais un placard tout de même.

Entré en 1991 à la SNCF, bardé de diplôme, ce cadre est détaché en 2003 auprès de l'une de ses filiales, Geodis Solutions. Il découvre alors une fraude de 20 millions d'euros au préjudice" de l'entreprise publique.

"Ces manœuvres frauduleuses concernaient, entre autres, la dissimulation d'un rapport de la Cour des comptes relatif au chantier Eole [la ligne E du RER] ainsi que des détournements de fonds lors de la construction du TGV Nord", explique-t-il au Point.

Sa hiérarchie le met alors à la disposition de la SNCF…qui ne lui a trouvé aucun poste, depuis 12 ans. Charles Simon a eu beau contacter Guillaume Pepy par lettre, il n'a reçu aucune réponse.

"L'attitude de la SNCF n'est pas défendable. Soit il y a bien eu des agissements frauduleux, et il convenait de mener une enquête pour savoir où sont passés 20 millions d'euros. Soit je me trompe, et la compagnie ferroviaire avait largement le temps de prétendre depuis 2003 que tout était clean et qu'il n'y avait rien à voir. Elle ne l'a jamais fait", regrette Charles Simon.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !