SNCF : "Il y a urgence à agir mais il y a de la place pour la négociation" affirme Elisabeth Borne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
SNCF : "Il y a urgence à agir mais il y a de la place pour la négociation" affirme Elisabeth Borne
©LUDOVIC MARIN / AFP

Eau dans le vin

SNCF : "Il y a urgence à agir mais il y a de la place pour la négociation" affirme Elisabeth Borne

"J'ai proposé aux organisations syndicales qu'on se rencontre dès jeudi" a expliqué sur RMC la ministre des Transports.

Après les annonces, il s'agit désormais d'établir un dialogue, pour le gouvernement. C'est le rôle d'Elisabeth Borne, ministre des Transports, venue sur RMC pour tenter d'apaiser la polémique.  "Personne n'attaque le service public : ce que veut le gouvernement, c'est un meilleur service public ferroviaire pour les Français" explique-t-elle. "Personne ne parle de privatisation de la SNCF, ni aujourd'hui, ni demain. La SNCF est dans le patrimoine des Français et le restera !"

"Il y a urgence à agir mais il y a de la place pour la négociation" a précisé la ministre. "Personne ne met en cause les cheminots : je les connais bien, je connais la difficulté de leur métier. Quand ils sont face à des voyageurs mécontents, vous croyez qu'ils veulent que rien ne change ?"

Et de poursuivre : "La concertation et les ordonnances peuvent très bien coexister" note Elisabeth Borne. "J'ai proposé aux organisations syndicales qu'on se rencontre dès jeudi." Reste à attendre la réponse des syndicats.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !