Shimon Peres a déclaré avoir empêché une frappe israélienne contre l'Iran | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Shimon Peres a déclaré avoir empêché une frappe israélienne contre l'Iran
©Reuters

International

Shimon Peres a déclaré avoir empêché une frappe israélienne contre l'Iran

L'homme d'État israélien l'a déclaré à des journalistes, avant de leur dire de ne pas publier l'information avant sa mort.

Si Shimon Peres n'était pas intervenu, Benjamin Netanyahu aurait bombardé l'Iran. C'est ce qu'a confié l'homme d'État au Jerusalem Post, un des principaux quotidiens israéliens, il y a deux ans. 

Dans une conversation à bâtons rompu avec deux journalistes, l'un d'entre eux lui demande ce qu'il considère avoir fait de mieux en tant que président d'Israël. Il a répondu qu'il avait intervenu personnellement pour empêcher Netanyaho d'ordonner une frappe préemptive sur le programme nucléaire Iranien. Président d'Israël est un office cérémonniel, mais sa stature donnait à Shimon Peres une grande influence.

"Je ne veux pas rentrer dans les détails, mais je peux vous dire qu'il était prêt à lancer une attaque et que je l'ai arrêté. Je lui ai dit que les conséquences seraient catastrophiques", a précisé Shimon Peres.

"Est-ce qu'on peut publier ça?", demande le journaliste.

"Quand je serai mort", répondit-il, "avec un sourire ironique". 

Le site Al-Monitor avait déjà rapporté que "entre l'été 2009 et l'été 2011" Israel vécut "une période très tendue pour ses décideurs en matière de défense. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak poursuivaient leur projet d'attaquer l'Iran, alors que l'armée israélienne, dirigée par [Gabi] Ashkenazi, et les autres agences de défense, étaient contre. Ashkenazi et Dagan [Meir Dagan, directeur du Mossad] ont reçu le soutien de nul autre que le président de l'époque, Peres, qui s'est joint à leurs efforts pour contrecarrer le projet."

Lu sur le Jerusalem Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !