Service public : les Français veulent moins d'impôts, quitte à diminuer les prestations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Service public : les Français veulent moins d'impôts, quitte à diminuer les prestations
©Reuters

Tant pis

Service public : les Français veulent moins d'impôts, quitte à diminuer les prestations

L'édition 2015 du baromètre des services publics TNS Sofres-Institut Paul Delouvrier pour Les Echos et France Info a été rendu publique.

Entre les Français et leur service public, c'est toujours une histoire complexe. Ainsi, selon le baromètre des services publics TNS Sofres-Institut Paul Delouvrier, 61% des Français souhaitent voir "diminuer les impôts au détriment des prestations." Si le score est large, il est néanmoins en baisse par rapport à 2014 (61%). Et c'est surtout à droite que ce revirement est le plus clair : si 70% des sympathisants Républicains réclament des baisses d'impôts, ils étaient 76% l'année dernière. Même chose du côté des sympathisants du Front national (72%, -4 points).

Du côté des revendications, c'est l'efficacité qui est réclamée en primauté (44%) par les Français, devant plus de simplicité (30%). Il faut dire que si 69% des usagers sont satisfaits des services publics (+2), les Français sont toujours aussi peu à en avoir une image positive (38%, -1).

Les bons points reviennent aux services de police (63% d'opinions positives, -3) et ceux de la santé (52%, -4) malgré des déceptions apparentes. Evidemment, c'est l'emploi et la lutte contre le chômage qui cristallisent les tensions : 87% des Français ont une image négative de Pôle emploi. Enfin, 71% d'entre eux estiment que la simplification et l’allégement des procédures administratives est le meilleur moyen de réduire les dépenses des services publics.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !