Sénat : le président Jean-Pierre Bel quittera son poste à l’automne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Sénat : le président Jean-Pierre Bel quittera son poste à l’automne
©

Adieu

Sénat : le président Jean-Pierre Bel quittera son poste à l’automne

Le socialiste a annoncé qu'il ne se présentera à "aucune autre fonction élective".

"Je ne serai pas candidat pour exercer, pendant six ans supplémentaires, un nouveau mandat." Dans une tribune publiée dans Le Monde ce mercredi 5 mars, Jean-Pierre Bel, président du Sénat depuis octobre 2011, a annoncé qu'il quittera son fauteuil du Palais du Luxembourg après les élections de septembre 2014. Il a également précisé qu'il ne se présentera à "aucune autre fonction élective". Une décision qui relève d'"un choix personnel très ancien", a-t-il expliqué, dicté par "les nouvelles dispositions de la vie politique""Pour redonner confiance dans la parole politique, on ne peut pas s'en tenir à proclamer des principes, il faut être capable de se les appliquer et, d'abord, ne pas se considérer comme propriétaire de ses mandats", a détaillé Jean-Pierre Bel.

Elu en 2011 face au président sortant, l'UMP Gérard Larcher, et à la centriste Valérie Létard, le socialiste se retirera après trois années de mandat et un bilan mitigé. A plusieurs reprises depuis le début du quinquennat, les sénateurs ont rejeté des lois fondamentales pour l'exécutif – comme celle sur les retraites en novembre 2013 ou le projet de loi de finances rectificatif pour 2014 un mois plus tard.

Ce retrait va ouvrir une nouvelle séquence pour désigner le prochain président du Sénat. A gauche, selon Le Monde, plusieurs profils sont envisageables. A commencer par celui du sénateur (PS) de Côte-d'Or et maire de Dijon, François Rebsamen, qui préside depuis 2011 le groupe socialiste au Sénat. Autres prétendants possibles : François Patriat, élu socialiste, lui aussi de Côte-d'Or, ou le président du Parti radical de gauche et sénateur de Tarn-et-Garonne, Jean-Michel Baylet. A droite, le sénateur (UMP, Yvelines) Gérard Larcher a déjà annoncé sa candidature. Celui qui fut président du Sénat de 2008 à 2011 a confirmé au Monde qu'il avait bien l'intention de reconquérir la présidence de l'institution si celle-ci basculait à droite en septembre. "Je déposerai ma candidature en cas de primaires", a-t-il déclaré le 4 février.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !