Selon un proche de François Hollande, Manuel Valls se préparerait à quitter Matignon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Attaqué sur plusieurs fronts, Manuel Valls assure qu'il ira "jusqu'au bout".
Attaqué sur plusieurs fronts, Manuel Valls assure qu'il ira "jusqu'au bout".
©

Indiscrétions

Selon un proche de François Hollande, Manuel Valls se préparerait à quitter Matignon

"Valls se prépare à sortir, il ne veut pas rester à Matignon jusqu'à la fin et être coresponsable du bilan", assure un élu proche du chef de l'Etat, cité par le journal Le Monde.

"Tant que je peux, je réforme", martelait la semaine dernière Manuel Valls en réponse à la tribune de Martine Aubry contre la loi El Komhri, et plus généralement contre la politique de l'exécutif. En première ligne sur plusieurs fronts, comme par exemple pour défendre l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution, le chef du gouvernement assure qu'il ira "jusqu'au bout", deux semaines après le remaniement ministériel. 

Mais selon plusieurs observateurs, la détermination apparente du Premier ministre serait surtout une stratégie visant à quitter Matignon la tête haute avant la fin du quinquennat Hollande. "Il constate que François Hollande est démonétisé et il ne veut pas couler avec. Alors il avance ses pions", estime une journaliste habituée de la rue de Varenne, citée par France TV Info.

Selon un élu proche de François Hollande cité par le journal Le Monde, l'hypothèse du départ de Manuel Valls serait même plus qu'envisageable : "Valls se prépare à sortir, il ne veut pas rester à Matignon jusqu’à la fin et être coresponsable du bilan. Alors il tend au maximum l’élastique pour qu’il finisse par casser. S’il est mis en minorité sur la loi travail, il pourra sortir en disant qu’il n’a pas les moyens de son grand réformisme", déclare cette source citée par le quotidien du soir. "Sa hantise est d’être 'fillonisé' : Fillon était un premier ministre populaire avant 2012, mais il n’a pas su rebondir après la défaite de Sarkozy", observe également un ministre cité par Le Monde. 

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !