Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©ALAIN JOCARD / AFP

Point de vue

Selon Muriel Pénicaud, "aucune ordonnance" travail "ne va dans le sens de la précarisation"

"On a mis dans les ordonnances un certain nombre de choses pour encourager cette lutte contre la précarité" a assuré la ministre sur RTL.

"Il n'y a absolument aucune mesure dans les ordonnances qui va dans le sens de la précarisation. Évidemment, notre but, c'est l'inverse". Invité de RTL ce mercredi matin, Muriel Pénicaud est revenu sur les ordonnances loi Travail, qui prévoient une nouvelle articulation de l'accord d'entreprise et de l'accord de branche, instaurent un barème des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, fusionnent les instances représentatives du personnel et élargissent le recours aux CDI dits "CDI chantier". Mardi, l’Assemblée nationale a approuvé à une très large majorité la ratification de ces ordonnances réformant le code du travail, par 463 voix contre 74 (et 20 abstentions).

Selon la ministre du Travail, - et malgré les nombreuses critiques venues de la gauche et des syndicats - les ordonnances vont renforcer la protection des salariés. "En créant les contrats de chantier, on va permettre à des intérimaires et des CDD d'avoir des contrats qui s'appelleront "contrats à durée indéterminée" et donc de pouvoir se stabiliser dans la vie" estime-t-elle.

"On a mis dans les ordonnances un certain nombre de choses pour encourager cette lutte contre la précarité" a renchéri Muriel Pénicaud. "D'abord, on va responsabiliser les partenaires sociaux, c'est-à-dire les employeurs et les syndicats au niveau des branches. On leur a donné une nouvelle compétence sur la gestion et la qualité de l'emploi. Ils pourront adapter les règles à tel ou tel secteur d'activité sur l'emploi précaire".

 

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !