Selon Manuel Valls, La France insoumise "se compromet avec l'islam politique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Selon Manuel Valls, La France insoumise "se compromet avec l'islam politique"
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

De retour

Selon Manuel Valls, La France insoumise "se compromet avec l'islam politique"

L'ancien Premier ministre estime notamment que Jean-Luc Mélenchon est "dangereux".

Dans un entretien accordé au quotidien Libération, publié ce mardi, Manuel Valls juge que la gauche "est en difficulté sur les questions d'identité" et que La France insoumise en particulier "se compromet avec l'islam politique voire avec les islamistes".

Observant que son adversaire aux législatives, Farida Amrani, "n'a rien dit" après avoir reçu le soutien pour le second tour de l'humoriste Dieudonné, l'ancien Premier ministre estime qu'"à gauche, on n'est pas à l'aise sur ce sujet-là".

"C'est presque un angle mort. Comme on est du côté des plus faibles, on dit 'ce sont des victimes', on croit qu'il faut se mettre de leur côté, et on prend les voix. On est mal à l'aise, et on se retrouve à légitimer Dieudonné", poursuit-il.

>>>> À lire aussi : Pourquoi l’Islam est un défi pour la République qui dépasse de loin le “simple” problème du djihadisme

Le vainqueur des élections législatives dans sa circonscription de l'Essonne se risque même un parallèle avec l'affaire Dreyfus: "Au moment de l'affaire Dreyfus, la gauche se demande: 'Est-ce qu'il faut défendre ce juif, militaire, bourgeois, alors que la préoccupation essentielle c'est la classe ouvrière ?'. À gauche c'est comme ça, ce sont les termes du débat".

"Il y a une complaisance, parce qu'il y a une gêne et une culpabilité. Les musulmans sont le prolétariat du XXIe siècle, et en plus il y a une question religieuse... Mais on ne peut pas être naïf", lance également le député de l'Essonne, qui qualifie par ailleurs Jean-Luc Mélenchon de personnage "dangereux".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !