Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
©BERTRAND GUAY / AFP

Joies du confinement en province

Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement

L’Insee vient de communiquer des chiffres sur l’attitude des Parisiens face au coronavirus et avec le confinement. Paris a perdu près d'un quart des personnes qui y séjournent. Un tiers de ces Parisiens ont décidé de quitter la capitale pour traverser l’épreuve du confinement dans leur résidence secondaire.

La France est confinée depuis le 17 mars. Les villes et les villages de l’Hexagone n’ont plus le même visage dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Le personnel soignant se mobilise à chaque instant pour sauver des vies. Les Français sont invités à rester chez eux et à respecter le confinement. 

Certains habitants ont succombé à la tentation de regagner leur résidence secondaire dans les ultimes heures avant le début du processus de confinement. Selon des données dévoilées par l’Insee ce mercredi 8 avril, Paris intra-muros s'est vidée de 11% à 12% de ses habitants depuis le début du confinement. Ces chiffres atteignent,  22% à 23% si on prend en compte ceux qui y séjournent sans y résider (les étudiants, les touristes et les visiteurs étrangers notamment). Cette étude est basée sur des données anonymes issues du réseau de téléphonie Orange.

Près de 189.000 personnes, soit 11% à 12% des Parisiens, auraient quitté la capitale pour rejoindre leur résidence secondaire. Ils se sont rendus essentiellement en Normandie, en Bourgogne, dans le Centre, en Bretagne et dans les autres départements du littoral atlantique.

Entre les 9-10-11 mars et les 23-24-25 mars, le nombre de personnes passant la nuit à Paris a chuté d'environ 22 à 23%, selon les comparaisons des relevés des bornes téléphoniques Orange - extrapolées à l'ensemble des détenteurs d'un téléphone portable.

L'Insee a constaté également "un second mouvement massif de population", lié à "la fermeture des stations de ski à partir du 15 mars". Cette décision a vidé les départements de haute montagne. Selon les données collectées, une chute de 38% à 43% de la population a été enregistrée la nuit par les bornes téléphoniques en Savoie, de 26% à 28% dans les Hautes-Alpes ou bien encore de 8 à 9% dans les Hautes-Pyrénées.

La période de confinement, prévue jusqu'au 15 avril, pourrait être prolongée par le gouvernement dans les prochains jours.

RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !