Selon Éric Ciotti, François Bayrou "s'est immiscé dans la primaire" sans "en respecter les règles" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Selon Éric Ciotti, François Bayrou "s'est immiscé dans la primaire" sans "en respecter les règles"
©Capture d'écran / BFM TV

Un de trop

Selon Éric Ciotti, François Bayrou "s'est immiscé dans la primaire" sans "en respecter les règles"

Il a notamment critiqué son alliance avec Alain Juppé.

Éric Ciotti, porte-parole de Nicolas Sarkozy, était l'invité de BFMTV ce mercredi soir. Il a vivement critiqué l'alliance entre Alain Juppé et François Bayrou.

Ainsi, il estime que François Bayrou "s'est immiscé dans la primaire" et "veut faire perdre Nicolas Sarkozy après avoir fait gagné François Hollande, après avoir permis que les socialistes soient au pouvoir". 

Pour le président du département des Alpes-Maritimes, Bayrou veut donc "troubler le jeu de la primaire". "François Bayrou appelle à voter pour Alain Juppé tout en rejetant par avance de respecter les règles si c'était Nicolas Sarkozy qui l'emportait", a-t-il précisé. Il a donc demandé à Alain Juppé de "clarifier sa position". "Quel sera sa place ? Sera-t-il son Premier ministre ? Aura-t-il un groupe parlementaire ?", s'est-il ensuite questionné avant de pointer du doigt un manque de fair-play.

La dalle d'Argenteuil

Éric Ciotti est notamment revenu sur la visite d'Alain Juppé, ce mercredi, sur la dalle d'Argenteuil. Un lieu symbolique où en 2005, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, s'y était illustré par ses propos sur les "racailles". "L'enjeu, ce n'est pas une visite. C'est de régler le problème, que les habitants retrouvent leur liberté, que la loi de la République s'impose face à la loi des bandes", a martelé Éric Ciotti, en affirmant que l'ancien président des Républicains serait capable d'y retourner puisqu'il "peut retourner partout".

Le porte-parole de Nicolas Sarkozy a conclu en déclarant que "l'enjeu, c'est que les forces de l'ordre, l'autorité de la République, les pompiers et ceux qui doivent aller dans ces cités puissent y aller en toute liberté, sans être caillassés ni menacés". 

 

Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !