Chabal : la fin d'une imposture ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Chabal : la fin d'une imposture ?
©

Plaquage

Chabal : la fin d'une imposture ?

Non sélectionné pour la coupe du monde de rugby, la saison du joueur pourrait se terminer de manière prématurée après les sanctions disciplinaires prises à son encontre par la Ligue Nationale de Rugby.

Double pleine pour Sébastien Chabal.

L'international de rugby n'avait d'abord pas été retenu dans la listes de joueurs appelés à disputer la coupe du monde de rugby cet automne en Nouvelle-Zélande. Il pourrait désormais ne plus jouer du tout cette saison : la commission de discipline de la Ligue Nationale de Rugby vient en effet de le suspendre pour 60 jours en raison de ses propos tenus en marge de la parution de sa biographie. Sébastien Chabal avait notamment sévèrement critiqué le niveau des arbitres du championnat de France.

Même si sa sanction peut être ramenée à 30 jours, M. Chabal ne disputera pas la phase finale du Top 14 avec le Racing-Metro si son probable appel est rejeté. Il s'est dit "triste" mais "plus léger", ce jeudi soir sur TF1.

Sur le blog Mêlée relevée, David Reyrat estime que c'est "la fin d'une imposture", Sébastien Chabal n'ayant jamais été très performant, en équipe de France notamment. Le journaliste, ancien joueur de rugby, explique que cette mise à l'écart ne sera pas comprise par les annonceurs et les amateurs "non éclairés" de rugby. Pour lui cependant, Chabal n'a jamais fait que de jeter de la poudre aux yeux de ses admirateurs par quelques placages monstrueux. Cela étant, il n'aurait jamais réellement pesé sur le jeu de l'équipe de France. "Sa mince compréhension des schémas de jeu ont accéléré la chute de la maison bleue", écrit-il en dénonçant une "starisation excessive". "Les sorties ratées, les fautes de mains, les errements défensifs, les manques de souffle" auront fini d'achever un mythe.

Lu sur Mêlée relevée, un blog du Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !