Scandale Uramin: Areva aurait caché des informations à l'État lors du rachat d'une société minière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Scandale Uramin: Areva aurait caché des informations à l'État lors du rachat d'une société minière
©

Révélations

Scandale Uramin: Areva aurait caché des informations à l'État lors du rachat d'une société minière

Selon des informations du journal Libération, Oliver Fric, mari d'Anne Lauvergeon aurait spéculé sur le rachat de cette société d'exploration dont les gisements se sont révélés inexploitables.

L’affaire pourrait bien devenir un énorme scandale d’Etat. Selon des informations du journal Libération, Areva aurait trompé l’Etat lors de l’acquisition en 2007 d’Uramin, une société d’exploration minière détenant des gisements d’uranium en Afrique. Ces derniers se sont tous avérés inexploitables. Le quotidien parle des notes confidentielles, de mails internes et de rapports cachés, qui dévoileraient l'ampleur d'un scandale que les responsables d'Areva ont longtemps cherché à étouffer.

Au cœur de l’affaire, Anne Lauvergeon, à la tête de l'entreprise au moment de l'acquisition d'Uramin, et son mari Olivier Fric. Ce dernier, consultant en énergie, est soupçonné le service antiblanchiment de Bercy, de blanchiment de fraude fiscale et d'avoir spéculé sur le rachat d'Uramin par Areva.

Ces révélations interviennent alors qu’Areva connaît actuellement une vétitable déroute. L’entreprise publique est en quasi faillite.  Ces cinq dernières années, Areva a accumulé plus de 8 milliards d'euros de pertes et a comptabilisé plus de 9,5 milliards d'euros de provisions et dépréciations, précise Le Figaro.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !