Scandale de la NSA : Edward Snowden accepte l'offre d'asile politique du Venezuela | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Edward Snowden a accepté l'asile politique deu Venezuela
Edward Snowden a accepté l'asile politique deu Venezuela
©REUTERS/Sergei Karpukhin

Nouveau rebondissement

Scandale de la NSA : Edward Snowden accepte l'offre d'asile politique du Venezuela

L'ex-consultant du renseignement américain se trouve depuis 17 jours dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou.

C'était dans l'air depuis quelques jours. C'est désormais officiel. Edward Snowden a trouvé une porte de sortie. En effet, alors que Nicolas Maduro, le président vénézuélien, avait affirmé avoir proposé l'asile politique à l'ancien consultant de la NSA, celui l'a accepté ce mardi. Enfin une bonne nouvelle pour lui alors que cela fait maintenant 17 jours qu'il est confiné dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo. L'information a été révélée par un responsable du Parlement russe.

"Comme on pouvait s'y attendre, Snowden a donné son accord à la proposition d'asile politique de Maduro", a déclaré le président de la commission des Affaires étrangères de la chambre basse (Douma), Alexeï Pouchkov, sur son compte Twitter. Lundi, le président Nicolas Maduro avait indiqué avoir reçu la lettre de demande d'asile de l'Américain, ajoutant que c'était à lui de décider "quand il prend un avion, s'il veut finalement venir ici". L'héritier de Hugo Chavez avait aussi indiqué "accordé l'asile humanitaire au jeune Snowden pour le protéger de la persécution de l'empire le plus puissant du monde, qui s'est déchaîné sur lui".

Pour autant, cette décision de Snowden ne marque pas la fin du scandale qui est né de ses révélations. En effet, de nombreuses incertitudes existent par exemple sur la manière dont le jeune homme de 30 ans, dont le passeport a été annulé par Washington, va pouvoir rejoindre le Venezuela sans être intercepté par les Américains.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !