Scandale Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg va s'excuser solennellement devant le Congrès | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Scandale Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg va s'excuser solennellement devant le Congrès
©JIM WATSON / AFP

Pardon 2.0

Scandale Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg va s'excuser solennellement devant le Congrès

Alors que l'image de Facebook s'est considérablement dégradée depuis le scandale de Cambridge Analytica, son PDG, le jeune Mark Zuckerberg, a choisi de présenter ses excuses pour la deuxième fois, cette fois-ci devant le Congrès américain, rapporte L'Expansion (L'Express).

La récente perte de valeur de Facebook en bourse semble avoir fait réagir Mark Zuckerberg, le jeune PDG à la tête du géant Facebook. Alors qu'a été révélé que les données personnelles de 87 millions d'utilisateurs avaient été utilisées par l'entreprise d'analyse de données Cambridge Analytica, qui avait par la suite œuvré pour la campagne présidentielle de Donald Trump, l'ex-étudiant de Harvard se répand en excuses et multiplie les promesses concernant les mesures de sécurité qu'il compte mettre en place.

Mark Zuckerberg a donc prévu d'endosser la responsabilité personnelle des "erreurs" commises par le réseau social en s'excusant très officiellement devant le Congrès américain, mercredi 11 avril, indique L'Expansion (L'Express). "Nous n'avons pas fait assez pour empêcher ces outils d'être utilisés de façon malintentionnée [...] Nous n'avons pas pris une mesure assez large de nos responsabilités et c'était une grosse erreur. C'était mon erreur et je suis désolé", a-t-il prévu de dire, selon le texte de son intervention transmis lundi par la commission du Commerce de la Chambre des représentants qui doit l'entendre mercredi.

Preuve de sa bonne foi, Facebook a annoncé dimanche avoir suspendu un contrat qui le liait avec une autre société d'analyse de données, Cubeyou, après la chaîne CNBC a révélé qu'elle avait collecté des données personnelles à l'aide des mêmes prétendus tests psychologiques desquels se servait Cambridge Analytica pour en savoir plus sur les internautes. Facebook a également accepté de collaborer avec des chercheurs indépendants sur une étude destinée à évaluer son influence sur dans les élections et la démocratie. Reste à voir si tous ces efforts suffiront à refaire partir le réseau social en bourse.

L'Expansion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !