Sarkozy mis en examen : l'ancien président estime que c'est "injuste et infondé" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nicolas sarkozy a réagi à sa mis en examen sur son compte Facebook
Nicolas sarkozy a réagi à sa mis en examen sur son compte Facebook
©France 2

Première réaction

Sarkozy mis en examen : l'ancien président estime que c'est "injuste et infondé"

Nicolas Sarkozy s'est exprimé ce lundi publiquement pour la première fois depuis sa mise en examen pour abus de faiblesse dans l'affaire Bettencourt, jeudi soir.

Depuis sa mise en examen, c'était le calme plat. Un silence radio qui en disait long. Nicolas Sarkozy n'avait pas réagi publiquement. Mais ce lundi, l'ancien président de la République sort de son mutisme. Et pour cela pas de tribune dans un média quelconque, pas de prise de parole à la radio ou à la télévision. Non l'ex-chef de l'Etat utilise les nouveaux moyens de communication de l'époque : à savoir les réseaux sociaux. C'est en effet via son compte Facebook que Nicolas Sarkozy s'est exprimé.

Et voilà ce qu'il écrit. "Au moment où je dois faire face à l’épreuve d’une mise en examen injuste et infondée, je veux remercier du fond du cœur tous ceux qui ont tenu à me témoigner de leur confiance. A tous, à ceux qui m’ont soutenu comme à ceux qui m’ont combattu, je veux affirmer qu’à aucun moment dans ma vie publique, je n’ai trahi les devoirs de ma charge. Je vais consacrer toute mon énergie à démontrer ma probité et mon honnêteté. La vérité finira par triompher. Je n’en doute pas. Il va de soi que je ne réclame aucun traitement particulier si ce n’est celui de tout citoyen d’avoir le droit à une justice impartiale et sereine. C’est parce que j’ai confiance dans l’Institution judiciaire que j’utiliserai les voies de droit qui sont ouvertes à tout citoyen. NS"

Pour rappel, Nicolas Sarkozy, a été mis en examen ce jeudi soir pour abus de faiblesse par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil, à Bordeaux, dans le cadre de l'affaire Bettencourt.

 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !