Sanctions contre les chômeurs : "Ce n'est pas un contrôle bureaucratique mais humain" affirme Muriel Pénicaud | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Sanctions contre les chômeurs : "Ce n'est pas un contrôle bureaucratique mais humain" affirme Muriel Pénicaud
©LUDOVIC MARIN / AFP

Nuance

Sanctions contre les chômeurs : "Ce n'est pas un contrôle bureaucratique mais humain" affirme Muriel Pénicaud

"On tient compte de la situation de la personne, des bassins d'emplois" a assuré la ministre du Travail.

Un contrôle oui, mais "humain" et avec "intelligence". Invitée de la matinale d'Europe 1, Muriel Pénicaud est revenue sur les annonces faites ce lundi pour réformer l'assurance-chômage. Elle a déclaré que seule "une minorité" de chômeurs "ne cherchait pas" d'emplois, mais la ministre du Travail a aussi jugé que l'assurance-chômage "est un système mutualisé. Il est donc normal qu'il y ait du contrôle".

Et d'ajouter : "Aujourd'hui, on a un système de sanctions, pour ceux qui ne cherchent pas d'emploi, qui est assez baroque. On est plus sanctionnés si on ne se rend pas à un rendez-vous que si on ne cherche pas pendant plusieurs mois".

A propos de la notion d'"offre raisonnable d'emploi", la ministre a estimé que la règle aujourd'hui en vigueur "n'est quasiment pas applicable, et donc pas appliquée". Afin d'être plus efficace, Muriel Pénicaud souhaite donc la mise en place d'un conseil plus personnalisé. "Ce n'est pas du contrôle bureaucratique. C'est l'exigence, mais c'est humain. On tient compte de la situation de la personne, des bassins d'emplois… L'intelligence n'est pas interdite".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !