Salah Abdeslam avait le projet de "refaire quelque chose" à Bruxelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Salah Abdeslam avait le projet de "refaire quelque chose" à Bruxelles
©

Terrorisme

Salah Abdeslam avait le projet de "refaire quelque chose" à Bruxelles

Les autorités belges ont annoncé dimanche soir que le terroriste du 13 novembre avait également en projet des opérations en Belgique.

L'arrestation de Salah Abdeslam, vendredi, est une avancée majeure dans l'enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris. Elle a aussi peut-être permis d'éviter un nouveau massacre. L'islamiste "était prêt à refaire quelque chose" à Bruxelles, a en effet a affirmé dimanche le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

"Les premiers commentaires venant de Salah Abdeslam [samedi] était qu'il voulait aller au Stade de France et qu'il allait se faire exploser, mais il ne l'a pas fait. Et l'autre information est qu'il était prêt à refaire quelque chose à Bruxelles", a déclaré Didier Reynders lors d’un colloque international organisé à Bruxelles par l’institut américain German Marshall Fund, qui a cité les propos du chef de la diplomatie belge dans un communiqué

Cette information est crédible, selon lui : "c'est peut-être la réalité parce que nous avons trouvé beaucoup d'armes, des armes lourdes au cours des premières investigations, et nous avons trouvé un nouveau réseau autour de lui à Bruxelles", a poursuivi le ministre.

Après l'arrestation de Salah Abdeslam, François Hollande avait expliqué que "tous ceux qui ont permis, organisé ou facilité" les attentats de Paris étaient "beaucoup plus nombreux" qu'envisagé au départ. Le ministre belge a confirmé ces propos, en donnant plus de précisions :

"Après les attaques terroristes de Paris, j'avais dit à une chaîne de télévision aux Etats-Unis que nous cherchions dix personnes avec des armes lourdes. Nous en avons bien plus que ça depuis novembre, et pas seulement en Belgique mais aussi en France. Nous sommes sûrs pour l'instant d'avoir trouvé plus de trente personnes impliquées dans les attaques de Paris, mais nous sommes convaincus qu'il y en a d'autres", a-t-il affirmé lors de ce colloque.

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !