Saint-Jean-de-Luz : un TER percute quatre migrants et fait trois morts et un blessé grave | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une photo montre un train arrêté près de la gare de Saint-Jean-de-Luz-Ciboure, après que trois personnes ont été tuées et une grièvement blessée après avoir été heurtée par un train le 12 octobre 2021.
Une photo montre un train arrêté près de la gare de Saint-Jean-de-Luz-Ciboure, après que trois personnes ont été tuées et une grièvement blessée après avoir été heurtée par un train le 12 octobre 2021.
©Franck LAHARRAGUE / AFP

Enquête en cours

Saint-Jean-de-Luz : un TER percute quatre migrants et fait trois morts et un blessé grave

Ce matin vers 5H00 près de la gare de Saint-Jean-de-Luz, un TER a percuté quatre personnes qui étaient sur les rails, faisant trois morts. La police judiciaire de Bayonne est saisie de l'enquête.

Quatre personnes étaient allongées sur les rails mardi 12 octobre au matin sur la commune de Ciboure, à la sortie de Saint-Jean-de-Luz, lorsqu'un TER les a percutées, selon des informations de BFMTV qui cite la SNCF.
Un premier bilan fait état de trois morts tandis que la quatrième personne est grièvement blessée et souffre d'une fracture à la jambe, selon l'AFP. 
Les trois personnes décédées sont majeures mais leur identité n'a pas encore été déterminée, a indiqué le parquet.
"Le trafic a été interrompu pendant un temps mais la circulation a progressivement repris à partir de 8h15 et les trains roulent très lentement dans le secteur où a eu lieu l'accident", selon une porte-parole de la SNCF.
Marie Surzur, responsable de la communication de Ciboure, ville où s'est produit le drame,  a confirmé que les personnes concernées étaient des migrants.
Il n'y a pas de blessés à bord du train. Les passagers, choqués, ont été pris en charge, selon la SNCF.
Une enquête de flagrance est en cours, menée par le commissariat de Saint-Jean-de-Luz et la police judiciaire de Bayonne.
Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !