Saint-Etienne-du-Rouvray : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur François Molins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Saint-Etienne-du-Rouvray : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur François Molins
©Reuters

Terrorisme

Saint-Etienne-du-Rouvray : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur François Molins

Un terroriste est identifié, mais pas l'autre ; l'un d'entre eux était effectivement en liberté surveillée ; la vie du paroissien blessé n'est plus en danger.

Le procureur de la République François Molins, chargé des affaires anti-terroristes, s'est exprimé au sujet de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray. Voici les points principaux : 

  • "Les terroristes se sont lancés sur la police en criant Allahu akbar." Ils portaient des armes blanches, mais également de fausses bombes.
  • On en sait plus sur le premier terroriste. Il s'agit d'Adel Kermiche, 19 ans, aucune condamnation sur son casier judiciaire mais connu des services antiterroristes. Il est interpellé en 2015 par les autorités allemandes, utilisant l'identité de son frère pour entrer en Syrie. Il est placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le département, et obligation de pointage une fois par semaine dans son commissariat de rattachement. Moins de deux mois plus tard, on le retrouve en Turquie le 13 mai avec la carte d’identité de son cousin. Il est alors placé en détention provisoire en attendant son jugement, puis placé sous contrôle judiciaire avec assignation à résidence et obligation de porter un bracelet électronique. Le parquet de Paris a fait appel de ce jugement, qui a finalement été confirmé. Il est alors assigné à résidence avec des permissions de sortir entre 8h30 et 12h30 du lundi au vendredi, et de 12 heures à 18 heures le samedi
  • Quant au deuxième terroriste, "l'identification formelle" est toujours en cours.
  • Un inidividu âgé de 17 ans né en Algérie a été placé en garde à vue. "Il s'agit du frère cadet d'un homme parti en Syrie au printemps 2015 avec les papiers d'identité d'Adel Kermiche.
  • Les jours du paroissien blessé, âgé de 86 ans, ne sont plus en danger. Pendant la journée il était indiqué qu'il était entre la vie et la mort.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !