Rythmes scolaires : les enseignants descendent dans la rue ce jeudi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Rythmes scolaires : les enseignants descendent dans la rue ce jeudi
©

Pas contents

Rythmes scolaires : les enseignants descendent dans la rue ce jeudi

Dans le premier degré, au niveau national, 4,37% des enseignants ont prévu de faire grève, selon un communiqué publié mercredi par le ministère de l'Education nationale.

"Il ne devrait pas y avoir grand monde". C'est la prédiction d'un enseignant parisien, qui pourtant fera grève ce jeudi. Preuve que le personnel de l'enseignement n'est pas vraiment convaincu par ce mouvement. Car à l'initiative de fédérations minoritaires, les enseignants sont appelés à une nouvelle journée d'action et à des rassemblements contre les rythmes scolaires.

A Paris, le cortège partira à 14h00 du Luxembourg et rejoindra le ministère, a dit à l'AFP Patrick Désiré de la CGT. Les enseignants grévistesexigent l'abrogation du décret sur la réforme des rythmes scolaires qui n'apporte "aucune amélioration significative pour les élèves et dégrade un peu plus les conditions de travail des personnels", selon un communiqué des organisations. Les fédérations, qui ont été reçues au ministère lundi matin, s'opposent également à "un certain nombre de points" du projet de loi pour la refondation de l'école, adopté à l'Assemblée nationale, notamment ceux qui visent à une "territorialisation de l'école et à un éclatement du cadre de référence nationale", rappelle Patrick Désiré.

Les organisations réclament en outre l'ouverture de "réelles négociations sur les revendications des personnels", notamment en matière de salaires. Les fédérations avaient déjà appelé à une grève nationale sur ces mêmes thèmes le 12 février. Elles avaient été rejointes, avec un autre mot d'ordre, par le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, qui réclame le report de la réforme des rythmes à 2014. D'autres grèves et manifestations ont eu lieu, en particulier à Paris, contre les modalités d'application du retour à la semaine de 4,5 jours dans le primaire en 2013, ou en 2014 par dérogation.

De son côté, la FSU, principale fédération de l'éducation, appelle à une manifestation nationale le samedi 6 avril, à Paris, pour réclamer une "vraie refondation du système éducatif".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !