Rupture Hollande-Trierweiler : "j'étais là avant, je serai là après" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Rupture Hollande-Trierweiler : "j'étais là avant, je serai là après"
©REUTERS/Stringer

Première sortie publique

Rupture Hollande-Trierweiler : "j'étais là avant, je serai là après"

L'ancienne compagne du président est actuellement en déplacement en Inde. Elle devrait donner une conférence de presse en fin de matinée.

Sa première réaction publique était attendue, elle a eu lieu ce lundi lors de son déplacement humanitaire en Inde. Depuis sa séparation avec François Hollande, Valérie Trierweiler ne s'était pas encore exprimée. Mais lors d'une visite d'un hôpital de Bombay, l'ancienne compagne du président, si elle a décliné toute question sur sa situation personnelle, a tout de même déclaré : "j'étais là avant, je serai là après". Puis elle s'est exprimée sur les raisons de sa visite en Inde :"C'est très impressionnant de voir ces bébés de moins d'un kilo avec des chances de vie très limitées. C'est une injustice, car, même si tout est fait pour le mieux, ils n'ont pas les mêmes moyens que dans nos hôpitaux". Toutefois, l'ex-compagne de Hollande devrait tenir une conférence de presse lundi en fin de matinée.

Valérie Trierweiler était arrivée dans la nuit à l'aéroport de Bombay, où elle avait été accueillie par l'ambassadeur de France à New Delhi. Elle doit notamment assister à une séance de formation du personnel médical, puis à un déjeuner de levée de fonds avec des femmes de chefs d'entreprises locaux. "Compte tenu de la présence importante de médias, les choses étaient plus compliquées à gérer, ce qui nous a obligés à revoir l'organisation", a cependant expliqué la porte-parole de l'ONG ACF avant son départ. Selon son entourage, Valérie Trierweiler reste "en bons termes" avec François Hollande.

lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !