Royaume-Uni : malgré le Brexit, la croissance a accéléré au dernier trimestre 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Royaume-Uni : malgré le Brexit, la croissance a accéléré au dernier trimestre 2017
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Keep calm

Royaume-Uni : malgré le Brexit, la croissance a accéléré au dernier trimestre 2017

Le PIB britannique a progressé de 0,5 % entre octobre et décembre 2017, contre 0,4% le trimestre précédent.

L'effondrement de l'économie britannique n'a pas eu lieu, après le vote du Brexit. Cette semaine à Davos, l'ex Premier ministre David Cameron a déclaré que le Brexit a été "une erreur, pas un désastre" et que ses effets sont "moins mauvais que ce que nous avions prévu". 

Les chiffres de la croissance publiés ce vendredi par l'Office national de la statistique (ONS) lui donnent raison. Ils montrent en effet une accélération au dernier trimestre 2017 : la croissance a progressé 0,5 % sur octobre-décembre, contre 0,4 % observé au troisième trimestre. Cela en fait la croissance trimestrielle la plus forte de toute l'année 2017.

Tout n'est toutefois pas rose outre-Manche : sur l'année, la croissance du PIB a atteint 1,8 % en 2017, alors qu'elle était de 1,9% en 2016. Cela met le Royaume-Uni au même niveau que celui attendu pour la France... sauf que si pour la France, c'est son meilleur niveau depuis des années, c'est le plus faible enregistré au Royaume-Uni depuis cinq ans, souligne Le Figaro. Et en glissement annuel, la croissance britannique est tombée de 2,1% au premier trimestre 2017 (comparé au même trimestre en 2016), à 1,9% au deuxième, 1,7% au troisième et 1,5% au quatrième.

Reste aussi l'incertitude des entreprises et des ménages à l'égard des discussions que Londres et Bruxelles sont sur le point d'engager.

Lu dans Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !