Royaume-Uni : les Ecossais de plus en plus favorables à l'indépendance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Royaume-Uni : les Ecossais de plus en plus favorables à l'indépendance
©Reuters

Scotxit

Royaume-Uni : les Ecossais de plus en plus favorables à l'indépendance

Deux sondages réalisés après le référendum sur le Brexit montrent que les Ecossais sont plus nombreux à vouloir quitter le Royaume-Uni.

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne se traduira-t-il par une sortie de l'Ecosse du Royaume-Uni ? Les Ecossais ont en effet voté à 62 % en faveur du maintien dans l'Union européenne lors du référendum de jeudi. En conséquence, "l'option d'un second référendum sur l'indépendance est vraiment sur la table, et nous allons prendre des mesures pour nous assurer que la législation nécessaire soit adoptée", a déclaré samedi la chef de file du Parti national écossais (SNP), favorable à l'indépendance.

"Nous allons chercher à entamer des discussions immédiatement avec les institutions européennes et avec les autres États membres de l'UE pour examiner toutes les options possibles pour protéger la place de l'Écosse dans l'UE", a-t-elle poursuivi.

En septembre 2014, les Écossais s'étaient prononcés à 55 % contre l'indépendance de leur pays. Mais après le référendum de jeudi, le sentiment indépendantiste des Ecossais a flambé. Selon un sondage publié ce dimanche dans le Sunday Post, 59% des personnes interrogées sont pour une Ecosse indépendante du Royaume-Uni.

Une autre enquête de l'institut Panelbase pour un autre journal, le Sunday Times, donne 52% des Écossais favorables à ce que l'Ecosse se sépare du reste du Royaume-Uni, alors que 48% sont opposés à une telle séparation.

L'ironie de la situation est qu'à l'occasion du référendum de septembre 2014, l'Union européenne avait fait savoir à l'Ecosse qu'elle aurait d'énormes difficultés être admise comme Etat membre, si elle devenait indépendante.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !