Retraites complémentaires : les pensions baisseront jusqu'à 18% | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'accord en question devait sauver le système grâce à la création d'un bonus-malus pour inciter à travailler plus longtemps.
L'accord en question devait sauver le système grâce à la création d'un bonus-malus pour inciter à travailler plus longtemps.
©Reuters / Charles Platiau

Accord

Retraites complémentaires : les pensions baisseront jusqu'à 18%

Selon des documents consultés par Le Figaro, les pensions pourraient diminuer progressivement au fil des génération.

D'après la simulation du COR, le conseil d'orientation des retraites, révélée ce mardi en détail par Le Figaro, le récent accord sur les retraites complémentaires AGIRC-ARCCO signé à l'automne 2015 représentera des pertes importantes pour les futurs retraités. Les pensions pourraient même diminuer progressivement au fil des générations, et perdre jusqu'à 18% de leur montant pour les cadres. 

L'accord en question devait sauver le système grâce à la création d'un bonus-malus pour inciter à travailler plus longtemps. Dans les faits, un salarié partant à la retraite après avoir suffisamment cotisé au régime de base voit sa pension complémentaire fondre de 10% sur une période de trois ans. Mais plus il continue à travailler après l’âge légal, moins le montant de sa pension en souffrira.

Le but de ces nouvelles mesures est de décaler le départ à la retraite des salariés et des cadres affiliés à l'Agirc et à l'Arrco, mais le conseil d'orientation des retraites doute que cette mesure soit réellement bénéfique. Selon lui, si l'effet de la décote de 10% est important à court terme, une fois toutes les pensions prises en compte, un cadre aurait simplement besoin de décaler son départ d'un mois et un salarié de deux semaines pour effacer la différence.

>>>> À lire aussi : Retraites complémentaires : dernier remords avant passage à l’acte

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !