Restaurants : rattrapés par la crise, les Français n'y vont plus<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
En ces temps de crise, les Français boudent le restaurant.
En ces temps de crise, les Français boudent le restaurant.
©Reuters

C'est la crise

La fréquentation dans la restauration commerciale a baissé de 2% en 2012 par rapport à 2011, selon une étude du cabinet NPD.

En temps de crise, il n'y a pas de petites économies. Selon une étude du cabinet marketing NPD Group publiée mercredi, la fréquentation dans la restauration commerciale a baissé de 2% en 2012 par rapport à 2011, rapporte L'Express. "Le marché reste encore en recul par rapport à 2009, une année qui était pourtant déjà touchée par la crise", et "il sera difficile" pour ce marché "de se redresser en 2013", constate Christine Tartanson, directrice de la division Foodservice de NPD Group.

L'étude réalisée auprès d'un panel de "plusieurs milliers de personnes" par jour sur leur consommation en restauration hors domicile montre que tous les segments du marché sont touchés, même la restauration rapide, relativement épargnée par la crise en 2009 et 2010. Les visites ont ainsi baissé de 2% l’an dernier. "Sur les premières années de crise (2009-2011), la restauration rapide avait bénéficié d’un report des dépenses venant de la restauration à table. (...) En 2012, les Français ont continué de réduire leurs dépenses affectant même les segments de la restauration commerciale les plus attractifs en termes de prix", analyse Christine Tartanson, citée par 20 Minutes.

En tout, la restauration à table (cafés, bars, brasseries, restauration à thème et non thématique) a été le plus touchée par le ralentissement économique avec 72 millions de visites perdues depuis trois ans.

Lu sur L'Express.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !