Réserve ministérielle de 2011 : les fils Guéant et Marleix auraient bénéficié d'un traitement de faveur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Réserve ministérielle de 2011 : les fils Guéant et Marleix auraient bénéficié d'un traitement de faveur
©

Ethique

Réserve ministérielle de 2011 : les fils Guéant et Marleix auraient bénéficié d'un traitement de faveur

Plus de 800 000 euros de subventions ont été attribués à des communes par ces fils de ministres, qui convoitaient des circonscriptions pour les législatives de 2012.

L'un est suppléant du député de la 4e circonscription du Morbihan et conseiller régional de Bretagne, l'autre est maire d'Anet et conseiller général de l'Eure-et-Loir.

Le hic : François Guéant, fils de l'ancien ministre de l'Intérieur, Claude Guéant et Olivier Marleix, fils de l'ancien secrétaire d'Etat aux Collectivités territoriales, Alain Marleix, apparaissent dans la liste des données de la réserve ministérielle de 2011. D'après des informations obtenues par Francetvinfo, les deux fils de ministre ont accordé 322 500 et 557 088 euros de subventions à des communes.  

Jusque-là, tout est légal puisque cette réserve ministérielle, pilotée à l'époque par Nicolas Sarkozy, n'est régie par aucun texte. En revanche, ses critères d'attribution sont d'une transparence totale et posent des questions de morale et d'éthique. François Guéant et Olivier Marleix étaient en effet tous deux candidats l'année suivante, aux législatives, dans les circonscriptions où se trouvent les communes qui ont bénéficié de subventions.

Guéant Atlantico

Le fils de Claude Guéant explique qu'il n'a été que le "porte-voix" de ces communes : "la réserve ministérielle est écoulée au cas par cas, en fonction des besoins des communes (…). Vous avez des parlementaires qui interviennent, ainsi que des conseillers municipaux, généraux ou régionaux, pour soutenir différents dossiers dans ce cadre". Avant de conclure : "si vous pensez qu'il suffit de s'appeler Guéant et de claquer des doigts, ce n'est pas le cas", a-t-il insisté.

Les journlistes de Francetvinfo se sont entretenus avec certains maires dont les communes ont été subventionnées pour des travaux de voirie ou d'aménagement. Philippe Sandrin, le maire de Saint-Lubin-de-la Haye explique que le nom d'Olivier Marleix ne l'a pas intrigué pour autant. "Je n'ai pas fait la relation entre Olivier Marleix et son père (…) moi je n'ai pas cherché à comprendre".

Guéant Atlantico

lu sur francetvinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !