Républicains : Xavier Bertrand annonce le retrait de sa candidature à la primaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Républicains : Xavier Bertrand annonce le retrait de sa candidature à la primaire
©Reuters

En rupture

Républicains : Xavier Bertrand annonce le retrait de sa candidature à la primaire

Invité au JT de France 2, le vainqueur de Marine Le Pen souhaite se consacrer pleinement à la région et critique ouvertement les ténors de sa famille politique.

Xavier Bertrand avoue avoir pris "un coup de poing dans la figure" avec cette campagne électorale très compliquée. A l'annonce de sa victoire, ce dimanche, il pouvait souffler un grand soupir de soulagement, sans masquer les difficultés que cela a entrainé, face au Front national. Invité au JT de France 2, il a décidé de prendre des mesures radicales. Fini son mandat de député, fini son mandat de maire, il se consacrera à la région uniquement. Fini surtout, ses ambitions présidentielles. L'ancien ministre du Travail a annoncé "renoncer à sa candidature à la primaire de la droite." Une décision lourde de conséquences mais parfaitement réfléchie pour celui qui ne "se sentait pas légitime." 
Comme il l'avait martelé pendant sa campagne, il veut s'éloigner de "Paris" et des ténors politiques. "Je veux être jugé sur ce que je vais faire à la tête de la région. (...) Si j'y arrive, les gens se diront peut-être que je mérite mieux que l'image du politicien parisien" avance-t-il, critiquant vertement son parti : "Le spectacle de ma famille politique, les dates, les organigrammes… Mon Dieu mais qu’ils se réveillent ! Les électeurs nous ont donné une dernière chance" assène-t-il. "Je ne donne de leçons à personne, mais il faut faire un examen de conscience. (...) La classe politique pense à elle, elle ne pense pas aux gens. Si rien ne change, un jour on aura une catastrophe."
Il promet aussi de travailler en concertation avec le gouvernement pour l'emploi et réclame plus de souplesses sur les contrats d'apprentissage. Auparavant, Manuel Valls avait, lui aussi, promis d'être à l'écoute des régions, sans distinction d'étiquettes. Reste à voir si ces promesses-là seront tenues. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !