Républicains : Christian Estrosi critique le "ni-ni" et tacle Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Républicains : Christian Estrosi critique le "ni-ni" et tacle Nicolas Sarkozy
©Reuters

Un de plus...

Républicains : Christian Estrosi critique le "ni-ni" et tacle Nicolas Sarkozy

Après une campagne très à droite, le maire de Nice regrette… le virage droitier de son patron.

Décidemment, Nicolas Sarkozy n'a pas vraiment bonne presse auprès des nouveaux présidents de région Républicain. Après les critiques de Xavier Bertrand, c'est au tour de Christian Estrosi de s'en prendre au patron du parti. Avec un argument assez étonnant : "Si les électeurs avaient adopté la ligne du ni-ni, Xavier Bertrand et moi-même n’aurions pas été élus" explique-t-il dans Paris Match. "Contrairement [à Nicolas Sarkozy], je ne pense pas que nous, élus Républicains, devions tenir un discours toujours plus à droite. Plus on va à droite, plus on fait monter le FN. Plutôt que chasser sur le terrain du Front national, je préfère chasser le Front national du terrain."
Mea culpa ? Il est vrai que le député et prochain président en PACA ne fait pas partie des plus centristes des Républicains. Ces récentes sorties sur les "cinquièmes colonnes islamistes" ou sur les roms, lorsqu'il assurait qu'il les "materait," ne plaident pas vraiment pour un discours type "droite sociale".
Mais Christian Estrosi a peut être changé d'avis et le fait savoir à Nicolas Sarkozy, notamment lorsque ce dernier évince NKM des instances dirigeantes : "j’attendais de Nicolas Sarkozy un message d’unité et de rassemblement et des mots qui apaisent" regrette-t-il. "Ces décisions sur l’organisation interne  du parti sont prématurées. Ne pouvions-nous attendre  le conseil national de février?" Et désormais de plaider de plaider pour "organiser une cohésion solide avec le centre."
Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !