Réplique de la Russie aux sanctions économiques : "embargo total" sur la plupart des produits alimentaires européens et américains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Réplique de la Russie aux sanctions économiques : "embargo total" sur la plupart des produits alimentaires européens et américains
©

Secousses

Réplique de la Russie aux sanctions économiques : "embargo total" sur la plupart des produits alimentaires européens et américains

Le Premier ministre russe a aussi annoncé ce jeudi la future interdiction pour les compagnies aériennes européennes et américaines du survol de la Sibérie.

La Russie passe à la contre-attaque. Après avoir hésité sur la nature de la riposte, Dmitri Medvedev a annoncé des actions en représailles des sanctions économiques prises contre les intérêts russes. Ainsi, il a menacé de bloquer prochainement le survol du territoire russe pour les compagnies aériennes effectuant des liaisons entre l'Europe et l'Asie via la Sibérie. Cela pourrait coûter très cher aux compagnies aériennes qui empruntent souvent ce chemin. 

Par ailleurs, le Premier ministre russe a annoncé "l'interdiction totale" de la plupart des produits alimentaires en provenance d'Europe et des Etats-Unis. Cet embargo concerne le bœuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, les légumes et les fruits. L'Australie, le Canada et la Norvège sont aussi visés par cet embargo.

Cette mesure est prise "pour un an au moins" a expliqué Medvedev. Selon Le Parisien, le montant des importations de la Russie en produits alimentaires "est immense". "Il représentait 16,9 milliards de dollars de janvier à mai 2014" selon les dernières statistiques officielles. 

Par ailleurs, l'Union Européenne a indiqué ce jeudi à midi qu'elle se réserve "le droit de prendre des mesures".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !