Remaniement : "Après les municipales, ciao les Verts", conseille Bernard Tapie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Remaniement : "Après les municipales, ciao les Verts", conseille Bernard Tapie
©

CDD non renouvelé

Remaniement : "Après les municipales, ciao les Verts", conseille Bernard Tapie

L'homme d'affaires et ancien ministre verrait bien Claude Bartolone, Michel Sapin ou Laurent Fabius à Matignon.

Invité ce matin du Grand Rendez-Vous Europe1, i>télé, Le Monde, Bernard Tapie a donné quelques conseils au président de la République.  Et il n'y est pas allé de main morte, lui qui est connu pour son franc-parler.

"Après les municipales, ciao les Verts", a-t-il lancé.  “Le pays est clivé. Il y a ceux de droite, ceux de gauche, ceux dans la majorité, ceux dans l’opposition. C’est insupportable, on ne peut pas gérer la France avec la moitié contre vous, a-t-il-détaillé. Il a un tiers de ses partisans socialistes qui sont contre ce qu’il veut faire et à l’intérieur de cela, il a les Verts qui ne cessent de dire l’inverse de ce qu’il dit", a-t-il analysé.

Il explique que si François Hollande veut mettre en route son pacte de compétitivité, il va devoir s'entourer d'une équipe de gens choisis non pas "parce qu’il les aime bien ou parce qu’il a fait l’ENA avec, mais en fonction de si ils adhèrent au principe”. Pour l'homme d'affaire, les Verts "sont incompatibles avec cette dynamique là".

A Matignon, Tapie verrait bien "Bartolone parce que c’est quelqu’un que j’aime bien et qui est très ouvert", a-t-il déclaré. "Sapin est un type qui a énormément de compétence. Fabius me semble être un Premier ministre qui a l'expérience et la stature", a-t-il poursuivi.

Le chouchou des instituts de sondage, Manuel Valls, n'est pas choisi par Bernard Tapie. "Mr Valls est beaucoup plus populaire à droite qu’à gauche. Ca me rappelle Bernard Kouchner”, a-t-il estimé.

Côté économie, Bernard Tapie a plaidé pour une augmentation de 0,5% de la TVA pour trouver "45 milliards d'euros". "Je vous jure que vous ne le sentiriez pas", a-t-il jugé. Selon lui, "les Français, conscients de la situation dans laquelle on est, peuvent accepter cela”. Il estime aussi que l'Etat devrait rembourser certains médicaments au prix du générique. "Aujourd’hui, quand quelqu’un veut un produit non générique, qui coûte trois fois plus cher, on peut dire, ‘si tu veux trois fois plus cher, tu le paye. Si tu veux qu’on te le paye, tu prends le générique’", a-t-il affirmé.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !